Kylan Kayzer - American Gangster.

  Aller en bas

Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Mer 10 Oct 2012 - 3:13

Message

Galerie de screens: Kylan Kayzer, the legendary black gangster












Nous sommes en 1990, un dimanche matin, il est 10 heures et la cathédrale Saint-Patrick de New York sonne les cloches. Retentissantes comme des tambours, emportant l'esprit de chaque personnes qui descendirent les marches de l'église, le regard droit devant et la tête haute dans un silence absolu. Comme si c'était la dernière marche, comme si chaque pas était le dernier...
Cette femme, elle, qui représente parfaitement cette image, on aurait pu croire à travers son regard si froid et si profond qu'elle avait une histoire à raconter, des choses à dire, à transmettre, à partager et c'est souvent par les yeux qu'on dit le plus de choses, ou par la musique...



« Le piano est l'ami de Dieu, un confident qui essuie nos rages. »



Katy Kayzer



A l'époque, dans les années 1990, New York était une ville en pleine apogée, là où la culture de la rue prit son essor et où la criminalité de la drogue s’enfonçait dans plusieurs quartiers, comme Harlem.
D'origine sud-américaine, Katy Kayzer est l'une des habitantes de Harlem sur la 5ème avenue appelée The Fifth Avenue, qui traverse Harlem et les trois-quarts de la ville de Manhattan. Katy, du haut de ses 26 ans, célibataire et sans famille, se levait tous les dimanches matin pour aller à l'église et prier, c'était son remède à sa solitude.

Elle aimait aller au coiffeur à deux rues plus loin pour discuter avec le peu d'amies qu'elle avait, à vrai-dire, elle n'y allait jamais pour ses cheveux, elle ne prenait pas soin d'elle, le ghetto dirigeait souvent les apparences. Habillée en sweat, parfois en t-shirt, des couleurs neutres, un jean serré et des baskets blanches, munie d'une cigarette à la main, c'était Katy. Ses amies lui faisait souvent remarquer son laisser-aller, de faire tout et n'importe quoi en vivant au jour le jour mais Katy disait toujours: "Soit on ne fait rien, on est rien. Soit on fait ce qu'on veut faire et l'on devient quelqu'un". Elle avait une manière très spéciale de vivre sa vie, être libre, c'est souvent être seul, et sa solitude passait à l'église ou dans la musique, elle jouait du piano en secret, elle ne composait que des notes jouées sur le moment et poussait parfois la chansonnette en murmurant au rythme de la musique. Elle avait tellement de charisme et de personnalité qu'on aurait pu facilement deviner à quel instant elle était heureuse et à quel instant elle était triste, simplement en l'écoutant jouer...

Katy avait autre chose en elle, un désir pour le danger et un plaisir des mauvaises fréquentations, les bonnes personnes lui était inintéressantes et les mauvaises ont toujours quelque chose à vous raconter auquel vous y prêtez attention. Alors Katy, racontait toujours la même histoire, ou plutôt sa maladie... Victime d'hyperactivité, entraînant les crises de nerfs, les montées d'adrénalines et de pulsions qui lui déclenchaient ses coups d'impulsivités, et pour certaines personnes atteintes de cette maladie, elles le sont pour tout et n'importe quoi, mais pour Katy, c'est uniquement les hommes. Elle les aiment comme elle les hait.




Jason "Mack" Miller



C'était en ce soir là, la première rencontre avec Jason "Mack" Miller, un petit voyou de 29 ans, typique du gangster zonant les rues de son quartier. Mack, de son surnom, était membre d'un crew Blood affilié au East Side Piru, et était spécialisé dans les recrutements de jeunes filles comme aux plus vieilles ne dépassant pas les 25-30 ans. Inutile de vous dire que Katy a été l'une de ses cibles, lorsqu'un soir, il l'a abordé juste avant qu'elle ne franchisse le seuil de la porte pour rentrer chez elle. Il avait ses propres techniques pour charmer et influencer. Il joua la carte du stressé, en sueur et en panique comme s'il était poursuivit et supplia Katy de le faire monter chez elle, qui bien sûr accepta de l'aider. Une fois dans l'appartement, l'homme avait bien remarqué cette ambiance solitaire et en profita tout au long de la soirée pour séduire Katy, fumant, buvant, puis rigolant mutuellement, quelques lancés de regards et elle succombait au charme du jeune homme. Mack savait y faire et ne forçait pas la main, il savait qu'elle allait venir à lui et il avait bien raison lorsque Katy prit le verre de Mack de sa main, le posant sur la table basse d'une manière extravagante par la montée de l'alcool, puis embrassa l'homme sans aucune hésitation, le saisissant par le cou.
Cette nuit allait tout changer, cette nuit allait changer sa vie...

C'est après plusieurs semaines, sans nouvelle de Mack, que Katy commençait à être mal en point, peut-être le manque? Peut-être la présence de sentiments? Ou peut-être autre chose... Jusqu'au jour où il donna rendez-vous à Katy pour discuter. Une fois sur place, l'homme tendu et évitant les regards de sa conquête, entame la discussion en lui annonçant qu'il est membre d'un gang et que l'amour n'existe pas. Il ne peut plus la revoir mais Katy insiste et lui demande pourquoi, l'homme précisant qu'il drague des femmes pour les mettre à la rue afin d'en tirer son gagne-pain pour payer son chef. Katy, surprit, prit une grande inspiration en signe d'énervement puis quitta les lieux en insultant ce dernier "d'espèce d'enculé sans coeur".
Mack devait rendre des comptes à son chef, les filles embauchées par lui n'étaient plus rentables, dégueulasses, elles s'étaient fait passer dessus autant qu'un trottoir de Times Square disait-il. Son chef était au courant de la femme qu'il avait en vue et savait qu'il avait réussit un "jumpin", soulever une femme au profit du gang. Malheureusement, Mack en était amoureux et refusait de suivre les ordres du chef, qu'il lui demandait de kidnapper la femme pour la droguer de force afin de la mettre à la rue plus facilement... Malgré-tout, il y alla à contre-coeur trois mois plus tard.

Katy allait toujours aussi mal, on ne peut plus penser à une simple bronchite quand on pouvait la voir vomir quatre fois d'affilée dans la journée avec le ventre engourdit. Elle renonçait au pire, doutait, mais savait et refusait de l'avouer. C'est pendant une nuit qu'elle se leva brusquement de son lit vers les une heure du matin, pour partir à l'hôpital. Sur le chemin pour rejoindre sa voiture, elle tomba sur Mack, très surprit et Katy très mal, elle lui demanda de l'accompagner à l'hôpital et qu'elle aurait sûrement une chose à lui dire. Mack n'avait jamais oublié les ordres de son chef, et pour lui, c'était l'occasion idéale. Katy poussait des cries et des hurlements de douleur, posait ses mains sur son ventre comme si elle se cramponnait, alors que pendant ce temps, lorsque la pluie se mêlait à la route... Mack prenait le mauvais chemin pour l'hôpital...




Leonard "Deadeye" Mackenzie



Alors que Mack arrivait du côté Est d'Harlem, il descendit, cramponnant le bras droit de la jeune femme afin de l'extirper de la voiture assez violemment, Katy se prit le haut de la monture de porte et tomba dans les pommes d'un coup sec. Après quelques heures, elle reprit connaissance, dans un endroit assez froid et renfermé, un sac sur la tête qui lui empêchait de voir, une respiration angoissée, forte et rapide, avec une main sur son ventre...
Une porte se fait entendre, deux hommes sont dans la pièce; Mack et Leonard "Deadeye" Mackenzie, le chef des ESP de Harlem, surnom acquit par son oeil au beurre noir. Une voix très roque et assourdissante qui disait à Mack de violer la femme et de la droguer jusqu'à ce qu'elle soit prête. Mack avait le choix s'il voulait la violer ou pas mais il devait la droguer. Pour impressionner son chef, il mentionna qu'il allait s'occuper d'elle. Faire honneur à son bandana, Deadeye disait. Mais pour Mack, faire honneur à la dignité d'une femme qu'on aime, c'est autre chose. Alors il installa la femme sur la chaise, prêt à la déshabiller en regardant Deadeye quitter la pièce, Katy avait peur et se demandait pourquoi Mack faisait-il ceci, pour quelle raison, précisant s'il l'aimait vraiment. Et tout-à-coup, Mack chuchote à Katy comme quoi il va faire une grosse connerie... Et soudainement, il décroche son bandana rouge et le donne à Katy en lui disant de sortir par derrière, les deux personnes s'embrassent puis Katy part en courant le foulard à la main.

Plusieurs mois après la fuite, Katy avait acceptée le faite d'être enceinte, et d'offrir son enfant à la vie qu'elle menait, un enfant de ghetto d'Harlem, un enfant de gangster Blood, un enfant comme souvenir de son père. Elle ne l'avait pas revu depuis la dernière fois, alors que ce n'était qu'une question de minutes pour qu'elle accouche au Harlem Hospital Center, en entendant les conseils criés par l'infirmier: "Poussez! Poussez!!!" Mack se pointa par surprise dans la chambre de la future maman, laissant couler une larme le long de sa joue, de part l'angoisse et la fierté, il susurra qu'il ne méritait pas un cadeau comme celui-ci, alors que l'enfant gisait encore sur le ventre de Katy, Mack n'osait pas impliquer sa volonté de père et demanda quelques promesses à Katy, comme quoi l'enfant ne devait jamais oublier ce que son père a fait, et ce qu'il était en lui donnant le foulard rouge en souvenir.
A première vue, l'enfant semblait calme, comme si la connaissance de la vie se lisait dans ses yeux...
C'est alors qu'au bout de dix minutes, à l'extérieur de l'hôpital, une voiture blanche s'approcha de Mack, les vitres se baissèrent laissant apparaître des calibres glocks 17 et 19 pointés sur lui, Mack s'était arrêté de marcher dans la seconde qui suivait et avait comprit par la même occasion qu'il allait payer le faite d'avoir déshonorer son gang en n'obéissant pas aux ordres de son chef, les coups de feu résonnaient dans le quartier, en l'espace de 5 secondes, Mack était au sol, devant l'hôpital, dans un bain de sang, observé par la femme qu'il aimait à la fenêtre du deuxième étage. L'enfant s'était exprimé en poussant ses premiers cries et ses pleurs, assez impressionnant d'ailleurs. La vie d'un enfant pour la mort d'un père. Le 8 Mai 1990, le petit Kylan vient au monde après trois jours d'efforts douloureux pour sa mère.



« Où le père a passé, passera bientôt l'enfant et un enfant remplit de connaissances surpasse par fois le vécu d'un adulte. »



Kylan Kayzer



5 ans après le meurtre de Jason Miller, Katy vivait dans l'angoisse d'y passer un jour pour son flirt avec Mack. Son fils était tout pour elle, il possédait déjà le regard d'un homme qui comprenait ce qu'il ce passait dehors, comme s'il savait tout en avance pour son si jeune âge. Le petit Kylan, possesseur du fameux bandana rouge, n'avait jamais compris pourquoi il devait le garder, sa mère ne lui avait pas raconté, elle ne voulait pas créer une influence sur son fils, à cause de cette mode à détester les Crips, détester une couleur et se forger une haine dessus malgré ses 5 ans. Kylan sortait souvent le soir, juste devant le block, sur la 5ème avenue, jouant parfois au basket, discutant avec des amis qui lui avait donner un surnom à cause de sa petite taille; lilnigga, pas très original mais Kylan en jouait déjà les dures et n'hésitait pas à exprimer sa colère quand quelque chose ou quelqu'un lui causait du tord. Il avait déjà les gènes de sa mère.




Tyra Kingsley



Avril 1998, les jours se succèdent pour Katy et l'angoisse et le stress les accompagne, elle ne savait plus comment faire pour résoudre le soucis des ESP, leurs membres rôdaient autour du block et suivaient Katy le soir, elle avait peur pour elle, mais aussi pour son enfant. Elle se confiait à la seule amie qui lui restait, par peur de voir quelqu'un d'autre pour l'entraîner dans ses problèmes, et surtout car cette amie avait des ennuis similaires à ceux de Katy. Et elle lui rendait bien; Tyra Kingsley, coiffeuse de 32 ans, elle-aussi mère d'une enfant du nom de Teyana, avec qui, Kylan passait déjà ses journées à seulement 2 ans d'écart entre eux.
Katy et sa maladie n'arrangeait rien, ses problèmes la faisait tourner sous amphétamines et lui rongeait la santé plutôt que de la guérir. Elle était consciente que son fils allait suivre le même caractère, et pourquoi, comment, pour quelle raison, nous ne saurions pas vraiment pourquoi elle avait décidée d'utiliser la religion sur son fils en l'emmenant à l'église dès ses 8 ans, croire en Dieu pour maquiller sa maladie? Est-ce une solution? Kylan l'ignorait, et pensait au fil du temps que Dieu pouvait remplacer son père et sa conscience, ses façons de voir le monde, il connaissait la mort comme la vie, sa valeur, et savait faire la différence. Katy pensait bien faire et s'occupait très bien de son fils, trop jusqu'à ne plus s'occuper d'elle, la voyant sombrer dans le noir, le visage sombre par la tristesse et le goût de la vie éteint comme une bougie sans flamme, Tyra lui avait fait remarquer, elle lui disait qu'il fallait changer d'air, changer de quartier, de ville, ou changer de vie... Fidèle aux routines de sa vie quotidienne, Katy n'y avait jamais pensée, et les 2 femmes s'influencèrent sur le fait de quitter la ville et partir ailleurs, ensemble, afin de s'en sortir, la fuite a toujours été une solution aux problèmes, Los Angeles était cette solution.



« Une mère ferait les pires folies pour allumer une passion et prendrait la fuite devant l'incendie. »






Été 1998, Los Angeles, Idlewood. Katy et Tyra viennent d’emménager dans un pâté de maison, un souffle d'air pour elles et une grande curiosité pour Kylan. Alors qu'il n'a seulement 8 ans, il fait la connaissance de tous les jeunes du quartier, organisant lui-même des parties de basket sur le terrain de Jefferson. Kylan revoit son surnom surgir des grands l'appelant "le p'tit black qui joue au basket", lilnigga faisait souvent le mur aux alentours de 22 heures pour aller jouer sur le terrain. Les escapades nocturnes était devenues son plaisir favori. Sa mère le savait mais ne lui avait jamais fait remarquer, surtout quand elle l'apercevait revenir tout seul avec le ballon de basket sous le bras.
Kylan s'était très bien intégré à son quartier, même un peu trop et oubliait même qu'il faisait passer ses amis pour sa propre famille, ne réalisant pas la vie que menait sa mère. Elle qui se détruisait aux médicaments, voyant la vie en noir, et passant la plupart de son temps à crier sur son fils pour tout et n'importe quoi, tout ça pour qu'un soir, sous une crise d'hyperactivité elle lui cria qu'il allait finir comme son père... Kylan savait qu'il était décédé et commença à trembler des paroles de sa mère, les prenant pour de la provoque, il déclencha une rage hors du commun, en sueur, il hurla à sa mère de lui dire la vérité avant de taper dans tous les murs et de jeter une chaise de cuisine à 2 mètres de sa mère en lui criant dessus: "tu m'énerves!!! Tu comprends pas!!! Tu m'énerves!!!", puis elle, qui essayait de maîtriser son fils, s'empressa de lui dire la vérité en face: "Ton père était un gangster! Ton père était un membre des Bloods! C'est pour ça qu'on a déménagé... C'est pour ça qu'il est mort! ...Car j't'ai mise au monde... Il voulait que tu gardes ce foutu bandana rouge pour pas qu'tu l'oublies!"



« Un enfant qui pleure à la vérité de son père est un enfant qui est déjà prêt à devenir comme lui. »



2 ans plus tard, Los Angeles a décidé. Lilnigga allait toujours au terrain de basket le soir et avait remarqué de plus en plus la présence d'afro-américains, de son âge. Un d'eux avait averti Kylan qu'il pouvait se faire taper dessus à tout moment en portant ce genre de bandana. Le jeune était un membre des Crips, Kylan, ignorant de tout ça, et fière dans sa tête que son père était un gangster Blood, répliqua qu'il était un Blood.
Le lendemain, après avoir partagé son avis sur le bandana rouge avec les grands du quartier d'Idlewood, il avait compris que "les bleus et les rouges ne s'entendaient pas". Pour lui, il fallait défendre ce que son père avait été. C'est lors d'un soir, qu'au lieu de partir avec un ballon de basket sur le terrain, il y alla avec une bombe de tag inscrivant en plein milieu du terrain, au sol: "IM LILNIGGA! FUCK CRIPS".
Plus les jours passèrent, et plus Kylan ne vivait que pour ça, c'était devenu un plaisir. Il manquait souvent l'école, il avait noté sur une fiche d'orientation qu'il voulait devenir un gangster comme son père. Les grands se moquaient de lui, en lui disant qu'un gangster sans arme n'en est pas un et qu'à son âge on est bon qu'à lécher le cul des grands et se faire appeler par sa mère le soir pour rentrer avant l'heure indiquée. Kylan était déterminé à faire ses preuves, à prouver qu'il allait passer au-dessus de tout ça, il voulait dans un premier temps, trouver une arme et savoir s'en servir...
Sur Idlewood, rien de plus facile, un grand frère d'un de ses amis en avait toujours un dans sa boite à gant, un Glock 17 avec un chargeur plein. Le lendemain, Kylan demanda au frère en question, de manière irréfléchie, de lui prêter son flingue. Quelques secondes de plus et le grand se moqua de lui en rigolant. Voyant Kylan très intéressé par sa demande, il lui apprit néanmoins comment se servir d'un flingue; enlever et activer la sécurité, recharger, éviter l’enrayement, etc... Il avait déjà adopté l'attitude des grands, le bandana rouge autour du cou et le flingue dans le caleçon. Il était temps de revenir à la réalité, mais pas si vite... Kylan avait l'intention de voler le pistolet et avait demandé à son jeune ami d'ouvrir la voiture de son frère plus tard dans la soirée sous prétexte qu'il y avait une surprise pour lui, en lui indiquant que la surprise était à l'arrière il se précipita du côté passager en ouvrant la boite à gant puis il se saisissa de l'arme rapidement.
Après quelques heures, Teyana qui était souvent la seule fille, traînait qu'en la présence de Kylan et il lui avait déjà promit qu'il ne laisserait personne lui faire de mal, promit, pas dit. Il voulait simplement lui montrer lorsqu'un soir il tentera de l’influencer afin de l'accompagner avec lui au terrain de basket, sous les 23 heures. Ce soir là, le même jeune qui avait prévenu Kylan d'enlever son bandana s'était invité au terrain. Teyana commençait à avoir peur et ne lâchait pas Kylan d'un centimètre, lui, était très confiant, se tenait droit et regardait le jeune dans les yeux sans le lâcher d'une seule seconde. Le jeune afro d'une dizaine d'année commença à provoquer Teyana et Kylan sans raison, voulant les faire dégager il saisit Kylan par son pull et le traîne sur quelques mètres avant que lui se débatte en poussant le jeune afro au sol, sous l'effet de la colère il lui assène plusieurs coups de pieds dans la tête jusqu'à ce que Teyana lui crie d'arrêter. En partant, les insultes fusent envers Teyana... "Grosse pute! Salope!!!" - Kylan encore très énervé, dit d'attendre à Teyana et fit demi-tour en sortant le glock 17, braquant le jeune afro au sol à 20 mètres tout en se rapprochant de lui, en marchant afin d'arriver au point où Kylan pointa le bout du canon contre le ventre du jeune. Il lui cria dessus: "Excuse-toi maint'nant! Tout d'suite espèce de sale enfoiré! Excuse-toi j'te dis!!!" - Le jeune avait choisit la mauvaise réponse en lançant un "ta gueule" à voix basse devant Kylan. Et sans dire un mot, tremblant d'un air excité, Kylan pressa impulsivement et machinalement la détente, une balle se logea juste en dessous du poumon droit, lui qui ne supportait pas les cries de douleur du jeune, en tira une deuxième, puis une troisième jusqu'à s'apercevoir que seul le bruit de son arme s'entendait dans la rue. Le jeune avait déjà rejoint "l'autre monde". Teyana, sous le choc, s'était déjà enfuie en courant jusqu'à chez elle. Ce soir là, sa mère quant à son habitude, l'avait vu rentrer aux alentours de 4 heures du matin, et sans ballon de basket...



« On peut sortir le garçon de la rue, mais on ne peut pas sortir la rue du garçon. »



Markenson "Sweet" Madson



Après ce qu'il s'était passé, tout le monde était au courant, sauf de qui l'avait vraiment fait. Sa mère le savait au regard et au comportement de son fils, elle avait encore cette image du soir où Kylan était rentré sans le ballon de basket, une coïncidence qui ne trompe pas la mère de son enfant. Katy avait bien changée depuis qu'elle était sur Idlewood et la réaction a été de jeter son fils à la porte, temporairement ou définitivement, elle-même ne savait pas et pensait simplement que son fils allait revenir après quelques jours... Kylan répondit simplement: "tu fais n'importe quoi! J'vais m'démerder tout seul!" - Pour lui, les choses étaient bien différentes, confronté à la rue, libre se disait-il et pourtant si triste, pour une fois. Inutile de vous raconter la première nuit passer dehors, tout comme la deuxième ou la troisième jusqu'à ce qu'un jeune plus âgé aille à sa rencontre; Markenson "Sweet" Madson, un type de 21 ans fidèle au quartier de Ganton. Voyant le petit Kylan dans la misère, il lui proposa de venir squatter chez lui. Kylan avait déjà quitté l'école depuis plusieurs semaines et Sweet l'avait déjà influencé dans les activités illégales comme le deal et le cambriolage surtout, car pour dealer, il faut surveiller et agir au bon moment dans la rue, en étant un pro du cambriolage on était un pro dans le deal de drogues. Et rapidement Kylan prenait plaisir à cette vie, dévalisant les maisons sur plusieurs soirs d'affilés, et finissait ses nuits à dealer sur Ganton, de la OG Kush. Grâce à son expérience et son activité, alors qu'il n'a que 12 ans, il est reconnu par les grands du quartier, notamment un crew Bloods très connu et très répandu à cette époque sur Ganton; Piru Street Boyz. Pour la première fois, lilnigga avait un objectif et une destinée: représenter les Bloods coûte que coûte et devenir aussi grand que ceux qui dirigeait ce crew, voir même plus...

Les années passèrent, Kylan grandissait parmi la bande de Piru Street et était pragmatique quant à la présence des Crips sur Ganton dont l'étendue de ceux-ci se rapprochait beaucoup trop de son crew. A 14 ans il vécu sa première fusillade, n'ayant participé que par la vision du massacre, ces frères au sol le regardant, Kylan n'agissait pas et comprenait dans quel foutue merde il avait mit les pieds et que pour s'en sortir il fallait soit être lâche, soit en faire deux fois plus. Les jeunes de son âge étaient moins tués que les plus vieux, c'est alors que le petit lilnigga devenu désormais grand, prit la décision de former l'équipe des jeunes sur Piru Street, allant de 6-7 ans à 15 ans. Une petite équipe qui travaillait pour la rue de Piru Street... Avec le temps, les Crips étaient parvenus à radier le crew de Piru Street de la carte en assassinant tous ces occupants, le seul retour de flamme espéré était d'attendre que Kylan grandisse ainsi que sa petite équipe avec lui et cela arriva bien trop vite...



« Les idées sont comme les gros billets. Si tu les montres, on te les vole. »






Quand nous choisissons d'être un voyou, la vie nous offre que peu de chemin, elle nous met dans un fossé et nous dit d'avancer.
Nous sommes maintenant le 4 Mars 2005, Kylan a 15 ans. Et Kylan vie sur la seule rue de Ganton parallèle à celle de Piru Street qui n'est pas squattée par les Crips, qui eux ne se doutent pas une seule seconde que cette rue va devenir leur pire ennemie. Sweet, le jeune afro qui l'avait aidé à l'époque était désormais un ami des Crips, et lui et Kylan ne se parlait donc plus du tout. Plus le temps passait, plus la rage, la vengeance, la rédemption, la détermination et la motivation étaient les seuls mots pour décrire le quotidien de lilnigga. Il était décidé à fonder un crew pour mener la bataille et prendre possession des rues de Ganton. Pour commencer, il avait un plan, il fallait absolument retisser les liens avec Sweet pour profiter des informations qu'il pouvait lui rapporter sur les Crips, ce qui arriva après une méthode très délicate de la part de Kylan en lui soutirant ce qu'il savait avec un couteau sous la gorge, et croyez-moi ce n'est pas une expression pour lui. En ayant le crâne bourré d'expérience et de connaissance, tout en ayant l'actualité de la minute sur ses futurs ennemis, il ne manquait plus qu'une seule chose, il fallait motiver la jeune bande de voyoux et s'imposer avec un nom représentatif. Etant donné que les Piru Street Boyz utilisait une étoile en guise de tatouage, Kylan avait décidé qu'il utiliserait la couronne pour son crew et par une logique compréhensive, le nom de KING STREET fit son apparition comme un coup de tonnerre dans le quartier. Le soir même de cette inauguration, Kylan envoya toute sa bande rafler les rues de Ganton en taguant des étoiles sur les trottoirs avec le mot "Cripz Killa" à l'intérieur, imitant le boulevard de Vinewood pour ses "stars vinewoodiennes". Kylan s'était chargé d'une seule chose: Aller taguer une grosse couronne dans la zone centrale des Crips, lors du tag, il fallait signer et plutôt que de signer lilnigga et se faire griller directement, il y marqua un simple "K" en repassant la bombe plusieurs fois de façon à ce que la lettre soit bien mise en gras au-dessus de la couronne.



« J'ai tagué ma rue d'étoiles en pleine journée pour laisser la nuit continuer d'en faire apparaître. »



Désormais, "K" comme on le surnommait, agissait avec une telle intelligence face à ses ennemis, prenant même cela pour un jeu, il savait tout grâce à Sweet qui lui d'ailleurs, avait rejoint le crew de King Street avec le temps. Tout jouait en faveur de Kylan, les Crips étaient surveillés par le FBI et des descentes de police avaient lieu plusieurs fois ce qui facilitait la tâche pour progresser au sein de Ganton. Vêtu de noir pour ne pas éveiller les soupçons, le crew se faisait bien trop remarquer et K encore plus, sa maladie grandissait avec lui et lui donnait un air instable et très impulsif, très susceptible, ce qui faisait probablement son profil de chef et mettait en garde ceux qui oseraient le doubler. Et pour éviter ça, il fallait faire de l'argent pour toute la bande, Kylan avait fait appel à Sweet pour savoir où les Crips stockait leur plus grosse quantité de drogues et armes en tout genre. Lorsqu'il fut informé, l'opération se mise en place, il s'agissait d'un grand garage à deux rues plus loin, assez éloigné du quartier, un jeu d'enfant...


Pour établir un coup comme celui-ci, il fallait n'ont pas seulement toute sa bande, il fallait les meilleurs et les plus confiants! Parmi la rue de King Street, Kylan a eu le privilège d'y choisir soit-même ses soldats, ses bras-droits. Seuls 5 noms avaient surgit; Caine, Tyson, Deavon et Koby, sans oublier la petite fille de l'époque toujours aussi proche de lui; Teyana, qui adoptait parfaitement le caractère de Kylan, on peut dire qu'elle savait parler avec les mots comme elle parlait avec un flingue à la main. Caine et Koby étaient sur Ganton depuis un long moment eux-aussi et faisaient leur coups ensemble avant de tomber sur Kylan, une vraie amitié rôdait autour de ses 2 blacks, quelque chose de si rare qu'il en faisait froid dans le dos, difficile d'imaginer une amitié aussi forte dans un quartier comme Ganton. Enfin Tyson, un jeune black avec un accent bizarre, sans doute le plus âgé de la rue de King Street, il ne parlait pas beaucoup mais réfléchissait beaucoup aussi, il fallait quelqu'un comme ça pour Kylan. Et puis, il y avait le dernier se nommant Deavon, pour quelle raison Kylan l'avait choisit? Simplement car Deavon était un susceptible et un petit enfoiré d'impulsif et ça plaisait beaucoup à K. Teyana quant à elle, était l'oreille et la voix de Kylan, inutile d'en dire d'autre à son sujet, il l'a considère encore plus qu'une simple soeur.

King Street était maintenant organisée, une sale bande de jeunes qui se démerdait plutôt bien puisque lors du fameux cambriolage de marchandises, le coup avait été parfaitement réussit, les informations avaient bien été transmises. Mais quelques jours plus tard, tout dégénéra lorsque les Crips avaient découvert le garage vide, ils savaient que Sweet avait changé de camp et par la même occasion, ils savaient désormais que King Street était un sérieux problème.
K en était conscient, et Sweet avait balancé le dernier fouineur de Crip qui s'intéressait beaucoup trop à King Street, du haut de ses 15 ans, Kylan prit ce Crip en exemple devant sa bande et lui tendit un piège par ses compatriotes. Dans la nuit du 17 Novembre 2005, ce fouille-merde de Crip s'était fait kidnapper et torturer dans l'arrière-cuisine d'une maison abandonnée, K en était convié principalement pour faire comprendre qu'il ne rigolait pas...



Deavon: "Il est là, dans un sale état, mais il est là."
Kylan: "Bon boulot les mecs, c'fils de pute va voir qui on est."
Caine: "J'me suis fait un p'tit plaisir avant que t'arrives!"
Koby: "Ouais moi et Caine on s'est amusé avec sa tête."
Kylan: "Et toi, t'as branlé quoi mon frère?" dit-il, regardant Tyson.
Tyson: "C'est moi qui ait mit le plan en marche, s'il est là, c'est grâce à moi."
Kylan: "Bon finie les plaisanteries. Toi! Regarde-moi bien dans les yeux p'tit enculé d'merde!!!"
Kylan sorti son arme entre temps, un petit colt assez ancien et pas très impressionnant. Il l'agitait un peu dans tous les sens lorsqu'il haussait le ton de sa voix.
Kylan: "Toi et ta bande de branle-queues, j'vais tous vous fumer, j'vais vous faire cracher votre putain d'sang et vous allez l'lécher au sol jusqu'à c'que j'puisse marcher sans m'tâcher le d'ssous d'mes putains d'semelles!"
Le membre des Crips était dans un sale état, défiguré avec un foulard bleu en boule, dans sa bouche, qui l'empêchait de parler.
Deavon: "Vas-y laisse-moi l'fumer, j'veux l'descendre!"
Entre-temps, Teyana arrive à toute vitesse et s'empresse de lâcher ces quelques mots subitement vers Kylan:
Teyana: "MERDE! MERDE! ILS L'ONT TUÉ! ILS ONT TUÉ SWEET! Fait chier putain! PUTAIN!!!"



En cet instant précis, tous les individus présents étaient refroidit de cette nouvelle, car ils savaient que les Crips avaient découvert que Sweet était une balance. Pour Kylan, c'était un frère qui était tué, un frère qui l'a aidé, le Crip torturé au sol n'avait rien à dire mais avait réagit face à cette nouvelle en poussant le peu de ricanements possible à l'égard de Kylan. Ne supportant pas du tout le manque de respect, K braqua son colt sur le front du Crip et appuya sur la détente aussitôt... Manque de pot, le colt s'était enrayé, il aura fallu le temps d'une simple insulte par Kylan; "FILS DE PUTE!" en entendant les cliques de la gâchette pressé par Kylan impulsivement, pour qu'à la 5ème tentatives, la balle partie d'un coup sec en pleine tête du Crip.

Avec la mort de Sweet, la guerre était déclenchée et King Street ne supporta pas les pertes des jeunes afro-américains sous les ordres de Kylan qui était plus occupé à venger Sweet qu'à venger tout autre chose. Il ne voyait même pas que des jeunes de 10 ans étaient morts à cause de lui pour rien au final. De simples jeunes influencés par la présence de K. Pour narguer ses ennemis, la drogue qui fut volée fut vendue dans tout le quartier, succombant aux pertes, faisant de l'argent pour garder la tête haute, tout ça n'a été que la routine du GangsterKing de King Street pendant 3 ans.



« Quelques fois, je regarde l'océan puis j'me dis qu'la vie est longue... En r'gardant l'ciel, j'me dis qu'l'espoir est grand et quand j'regarde ma vie j'oublie jamais qui j'suis... Jamais j'oublie que j'suis un gangster. » K.



Kylan Kayzer - 18 ans.



Jamais K n'a oublié sa destinée, un jour le bandana rouge allait surgir et montrer ses dents au grand jour, mais ce jour n'était pas encore venu. La drogue qu'avait vendu Kylan dans le quartier avait bien évidemment été fumée, et dans un paradoxe surprenant, Kylan en avait lui aussi consommé, de la bonne OG Kush pour les gros blacks! K voulait à tout prix créer sa weed et y mélangea simplement la OG Kush avec du Green Crack, famille de la Sativa, pour que transformation et réussite soit faite. La seule weed au bon goût et bien forte de Ganton avait fait un carton! Le nom de "Queen" lui avait été donnée et cela ne faisait qu'attiser la haine des Crips qui n'arrivaient plus à vendre et se faisaient piquer leurs clients par un gamin de 18 ans, si je puis-dire. Etant donné la présence de policiers sans cesse sur la rue des Crips, K ne se méfiait pas de son crew, ni de lui ou de ses amis, ni de la drogue qu'il vendait en masse. Il ne se serait pas douté une seule seconde qu'un membre des Crips était devenu indic' du FBI et avait joué les afro junkie pour piéger Kylan... Lui qui fumait de plus en plus le soir pour assoupir les crises de nerfs à cause de sa maladie, s'était fait bêtement avoir par le FBI à cause d'une petite balance de première catégorie. Au total, King Street se fit démantelé rapidement, les trois-quart de l'effectif s'était dissout, éparpillés, et K écopa de 4 ans de prison pour trafique de drogues en grosse quantité puisque 450 grammes de cannabis avait été saisit par la police.

King Street tomba à l'abandon sous l'arrestation de K, mais la prison n'était qu'un simple trophée et il se voyait déjà renaître de ces cendres comme un phénix et revenir un jour plus fort pour poser à nouveau la couronne de King Street sur Ganton et fonder un gang puissant. L'histoire de King Street ne fait que commencer...



« La prison n'est qu'une expérience pour les gangsters, un trophée de victoire, le diplôme de la rue... Être en prison, c'est survivre au pire. »



Derrière les barreaux, Kylan n'avait qu'une seule idée en tête, la vengeance. Reconquérir son quartier, reformer ses soldats et tuer les parasites. Mais dans une cellule de 9 mètres carré les choses se passaient différemment, il fallait survivre. La prison ne lui posait aucune crainte, rapidement s'était-il joint aux noirs de la prison et avait imposé son caractère bien trempé. Kylan était pragmatique et voulait à tout prix faire ses preuves pour éviter de se faire bizuter à son tour... Il avait remarqué que chaque races de la prison avait sa zone respective, et s'était surtout arrêté sur celui des latinos, un banc près du terrain de basket. Le lendemain dans la cour, Kylan s'était fait une petite promenade non habituelle en s'écartant des noirs, solitaire, marchant d'un pas déterminé en traversant le terrain de basket, vers la zone des latinos. Il prit place sereinement à côté de ces derniers, d'un sourire sarcastique pendu à ses lèvres. Les 3 lascars avaient comprit que ce "negro tout frais" voulait faire ses preuves. Ils étaient prêt à rentrer dans son jeu, après quelques regards noirs, les poings serrés, la mâchoire contractée ne laissant place à aucune hésitation, sans la moindre parole, les 3 latinos s'étaient déjà jeté sur Kylan, lui qui se débattait comme il pouvait ne lâchait pas prise et ne se laissait pas faire malgré les coups de poings dans la tête et les coups de pieds dans les côtes. Mais dans sa tête, c'était fait et il en était fière.  Kylan avait maintenant une raison de se venger. Pour lui, personne ne devait passer au-dessus sinon il montait d'un cran, il se mettait toujours plus haut, prêt à tout pour se faire respecter.
Bienvenue en prison.

Après quelques semaines sans nouvelles des proches, sa "momma" lui avait envoyé une lettre, écrite par le coeur et par la faiblesse d'une mère. Elle qui ne le voyait plus. Faut-il se faire enfermer pour que vos proches témoignent de l'amour qu'il vous porte? Le coeur a ses raisons que l'am... Non! L'être-humain est aveugle et s'aperçoit des bons moments quand les mauvais font surface. Et Kylan avait apprit le contraire, à aimer sa famille avant de la voir partir. A cet instant, il était seul dans sa cellule et lisait cette fameuse lettre que sa mère lui avait adressé...






Juin 2012, prison fédérale.

C'était décidé. C'était clair et c'était précis, Kylan voulait sortir de ce trou. Reformer sa bande, retrouver ses frères. Retrouver sa famille, retrouver sa liberté. En prison, certains se contentent seulement de laisser le temps passer et d'exister, et d'autres qui passent le temps à s'occuper, et à vivre. Kylan lisait des livres sur l'histoire des Noirs en Amérique, des choses qu'il n'avait jamais apprises. Il passa quelques temps sur La Bible, les premières pages néanmoins. Et il passait le Dimanche seul dans sa cellule, se coupant du monde et de toute source de vie autour de lui, en priant, à sa manière car même s'il croyait en un Dieu, il passait sa vie à se comporter comme s'il n'y en avait pas. Il vivait avec sa propre loi, ses propres règles, ses propres principes, sa propre religion, sa vision, son mode de vie, choses que bon nombres de personnes ne pouvaient comprendre. Les gardiens de la prison étaient particulièrement très intrigués par la façon que Kylan voyait la vie, et par la manière crue dont il en parlait... Ce matin-ci, Dimanche, le directeur alla à la rencontre de Kylan, avec quelques bouquins en main, frappant à sa cellule pour l'interpeller.



Jack Peterson: Kayzer! Aujourd'hui c'est moi qui t'amène tes bouquins.
Kylan se trouvait debout face au mur, dos à la porte de sa cellule, puis se tourna lentement, le regard vide et froid envers Jack.
Kylan Kayzer: Et dis moi, en quel honneur? Tes pions ont les couilles qui tremblent en passant devant ma cellule?
Jack Peterson: Tu n'as pas été très respectueux la dernière fois qu'un gardien ait venu à ta rencontre, je te rappelle que tu lui a cogné la tête contre les barreaux...
Kylan Kayzer: J'aime pas les insignes, les uniformes, c'est ça mon putain d'problème, ouais, c'est ça mon problème. J'aime pas les ordres, il en donne a sa femme mais il a pas à m'dire comment m'comporter.
Jack Peterson: C'est inutile de te comporter comme tu le fais, tu resteras ici comme les autres et tu feras ta peine.
Kylan Kayzer: Je ferais ma peine comme un homme libre et je sortirais comme un homme libre.
Jack Peterson: Tu n'as que 22 ans, pas de frère, une mère encore présente, un père décédé. Tu as malgré tout, toute ta vie devant toi.
Kylan Kayzer: Les negros comme moi n'ont pas toute la vie devant eux, ils font les choses maintenant car c'est la mort qui est devant nous.
Jack Peterson: C'est terrible d'entendre ça si sérieusement d'un jeune comme toi, j'espère que tu t'en rends compte, tu donnes une très mauvaise image de toi. Que feras-tu quand tu seras dehors?
Kylan Kayzer: Je retrouverais ma liberté. Ma famille, mon quartier, ma rue. Je vis que pour ça et je suis préparé à tout! La prison ne me fait pas peur, c'est rien du tout la prison, c'est rien, RIEN! Je suis enfermé dans un endroit! UN ENDROIT où je bouffe! Où je dors! Où je peux penser! Oublier! Regretter! Prier! UN ENDROIT où je peux VIVRE! C'est une putain d'mascarade ici! La prison c'est pas un cimetière, retiens ça. Y'a rien d'flippant dans c't'endroit, la vraie peur elle est dehors, dans les rues, quand tu perds un proche ou quand tu vois un frère sombré devant tes yeux!
Jack Peterson: Tu es le genre de gangster qui ne changera jamais, je plains la société quand tu seras dehors.
Kylan Kayzer: Gangster si tu veux. Mais gangster et fièr de l'être!
Jack Peterson: Quand tu parles de ta famille, tu parles de ton gang?
Kylan Kayzer: J'ai pas d'gang, j'ai une famille. Des frères et des sœurs qui respectent cette famille.
Jack Peterson: Quand tu seras mort à cause d'elle, elle t'oubliera. Tu seras plus rien pour eux, ils continueront de vivre, tu ne fais rien pour eux, pour les rendre mieux.
Kylan Kayzer: Je FAIS RIEN?! Tu sais quoi sur moi? Rien? RIEN ouais! Tu sais pas c'que j'ai vécu! Tu sais RIEN! J'ai enterré mes frères, moi! J'ai vu mes frères tombés dans la rue, morts! J'ai entendu mon père mourir à ma putain d'naissance et ce même bruit je l'entends chaque jour quand un frère saigne! J'ai pris des sœurs dans ma famille pour éviter qu'elles deviennent des putes! J'ai donné du fric à des negros dans la merde, pour qu'ils vivent, qu'ils mangent! J'ai offert à des negros des trucs que leurs parents ne leur donnait pas! J'ai donné une putain d'famille A CEUX QUI N'EN N'AVAIT PAS! J'suis un putain d'enculé d'gangster si tu veux, mais j'en suis fièr! Putain! Regarde mon visage et ose me dire que j'en suis pas fier!
Jack Peterson: J'essaye de comprendre mais c'est difficile, mais ta vie ne plait pas à la Justice, tu le sais bien.
Jack Peterson: Tu sors dans quelques semaines, oublie pas ça. Ah! Et j'allais oublié. *glissant un bouquin par la porte*
Jack Peterson: J'aimerais te dire Adieu mais A bientôt me semble plus approprié. *partant avec le chariot de bouquins un peu plus loin*
Kylan Kayzer: LA RUE M'AURA AVANT LA PRISON!!! J'REVIENDRAIS PAS! J'REVIENDRAIS PAS ICI! T'ENTENDS? J'REVIENDRAIS PAS, PETERSON!!!


Transfert vers le poste de police Pershing Square du détenu Kylan Kayzer numéro 7521, bloc A.

21 Juillet 2012, Kylan Kayzer est libéré de prison après 4 ans de détention. Il retournera chez sa mère à Idlewood. Elle qui s'apprêtait d'ailleurs à décamper du quartier après les économies qu'elle avait. A peine revenu, Kylan retrouva ses fidèles, First, Furious, Kow, Kaydee et compagnie, il retrouva son quartier dans une ambiance festive qui lui était réservé.




Cassius "Big'P" Dempsey



Plus question d'aller ailleurs, Idlewood allait devenir l'empire de Kylan. Il y avait d'ailleurs un gang résident, avec comme chef Cassius "Big'P" Dempsey, un ami d'enfance de Krazy. Son surnom lui avait été acquit avec tout le poids qui l'avait prit depuis toutes ses années, aussi lourd dans le quartier que lui-même. Krazy et Big'P se filait un coup de main, enfin, c'est surtout Big'P qui aidait Krazy dans le besoin, sortant de prison, sans rien, sans argent... Il lui donna un gros sachet de coke de 50 G avec 500$ pour se refaire, lui et sa bande. Krazy avait gardé un vieux sachet de coke chez sa mère, qu'il décida de mélanger avec la coke de Big'P. La coke, qui une fois en crack, donna un cristaux unique, une belle pierre blanche transparente. Le nom de Queen White lui avait été donné.

Quand Krazy courait à droite à gauche pour choper de la Queen White, les autres couraient pour vendre de la Queen Green. Le deal reprenait sa course, Idlewood cavalait, et la police ne se doutait pas une seule seconde qu'Idlewood allait devenir le quartier afro-américain le plus dangereux pour les années qui allaient s'écouler. Krazy prévoyait l'inévitable... King Street était le passé, mais le passé allait être utilisé pour le futur.







« D'abord, il y a Dieu, ensuite ta mère et ton gang. Tu vis pour Dieu et ta mère, et tu meurs pour ton gang. »



Kylan Kayzer - 22 ans.



Il marche longuement, les graviers s'écrasent sous ses semelles. La chaleur le frappe au visage et les rayons du soleil de la côte Pacifique viennent à l'éblouir. Il offre a ce sentiment de liberté un sourire sincère et nostalgique. Quatre longues années se sont écoulées depuis que Ganton a emporté la jeunesse de Kylan Kayzer. Nous ne parlons plus d'un enfant colérique et avide de pouvoir et d'argent, nous parlons d'une renaissance, nous parlons d'un homme qui va donner des ailes à un espoir jadis perdu.
De loin, il paraissait si calme, froid, déserté et endormit. Les pas lents, lourds et synchronisés de Kylan réveillait ce bitume sur lequel il avait construit sa jeunesse. A l'intérieur de cette jungle urbaine se fait entendre le bruit du vent sur les palmiers. Leurs grandes et larges feuilles dansent en se mêlant au ciel bleu et animent une richesse dans cette pauvreté où ici bas, la mort embrasse la vie au petit matin et lui souhaite bon courage pour le lendemain. C'est dans cette jungle nommée Idlewood qu'un temple afro-américain verra son premier jour, et un deuxième jour, puis un autre, et des milliers encore jusqu'à ce que le soleil s'habitue à cette ombre nouvelle.

Elle l'attend sur le pas de la porte, il s'en approche. Son visage froid et autoritaire se fracasse sur le sien dans de multiples bisous secs et brusques, et c'est à ce moment précis que son faciès se transforme en celui d'une mère épanouie et heureuse. Il l'étreint lui-aussi et dissimule dans un grand sourire des rires éclatants et joyeux. Il l'a regarde dans le blanc des yeux, dont ceux-ci sont quelques peu vitreux, et lui dit d'une voix émue :
— Je suis désolé pour tout. Et je te remercie pour tout. L'enfant que tu as connu s'est perdu dans les murs de cette prison. Je ne le reverrais pas. Je t'aime, Mom.
« Moi aussi, mon fils, moi aussi. » Elle l'embrassa une seconde fois, plus soigneusement et délicatement cette fois.
Les retrouvailles entamées, celles qu'il attendait le plus étaient là, cinq individus au garde-à-vous, dans un calme plat, comme ci l'étonnement n'était pas permit. Kylan contempla ces visages qui lui était emblématiques et souri le premier, déclenchant alors une euphorie de rires, de cries, et même de mots grossiers. Teyana était une fille parfaitement intelligente pour son âge, elle mesurait le danger si étrangement qu'on aurait cru à un don. D'une sagesse presque énervante, elle faisait preuve d'une clairvoyance étonnante. Tyson était le plus grand à cette époque, non de taille mais d'esprit. Il avait cette façon de réfléchir qui offrait à un problème une réponse, une idée, une solution différente d'une autre. Il avait déjà cet amour pour les frères, cette fraternité qui nous sauverait tous. Deavon était en binôme avec Tyson, ce dernier concurrençait le caractère de Kylan. Il ne parlait peu, il laissait sa colère intrépide et vivace lui dicter ses choix, et son courage les affranchissait. Koby était une terreur, petite mais grandissante, il possédait cette âme de soldat, préparé à toute éventualité et, ce, peu importe les conséquences tant qu'elles ont une cause commune, la nôtre. Puis Caine, qui faisait la paire avec Koby, comme Deavon et Tyson. Lui était visionnaire de notre propre cause, toujours à anticiper les problèmes, à les résoudre pour le bien de tous. Il pouvait connaître l'espérance de vie d'un jeune afro-américain par le biais de ses choix. Il avait l'expérience de la rue. L'école du crime disait-on.

Chaque homme n'a qu'une destinée.
En prison, Krazy avait lu quelques bouquins sur l'histoire des noirs et malgré lui sa façon de parler s'était bonifiée. Inspiré, il commença lui-même l'histoire de sa propre vie écrit sur un bout de papier froissé. Ce petit bout de papier allait l'élever au sommet musical de la prison. Il remplaça quelques mots pour former des rimes et en créa des chansons qu'il fredonna dans sa cellule. Le lendemain, un détenu voisin l'entendit et lui demanda d'hausser le ton de sa voix puis Kylan s'y efforça:
« J’ai pas connu mon père mais j’persévère,
J’espère qu’j'm’en sortirai avant qu’ma mère perd ses nerfs!
J'suis un combattant, j'ai des douleurs mais j'fais l'air de rien,
Maman tout va bien, la rue m'adore et l'rap est la seule chose que j'fais de bien,
J'ai la parole facile comme Martin Luther King, sauf que j'rêve pas,
L'avenir, on verra. La vie on perdra. La famille on aim'ra. Les amis on protèg'ra! »


Après ses quelques paroles, le détenu de la cellule voisine lui lança un stylo de bonne qualité, lui suggérant de continuer à écrire, rajoutant drôlement que la prison était à mourir d'ennuie. Le lendemain matin et les jours suivants, ce n'est plus son voisin qui l'écoutait, c'était un quart de la prison. Deux détenus pratiquaient du beat box pour accompagner le flow de Krazy. A chaque sortie dans la cour, Krazy se donnait en spectacle dans quelques freestyles et clashs en tout genre. Il réalisa que la musique était une porte de survie et qu'on pouvait également balayer le racisme devant elle puisque des hispaniques tendaient aussi l'oreille et remuaient leurs têtes à ces vagues de freestyles entraînantes. Avant de voir le jour se lever à l'extérieur de la prison, Krazy avait créé la King Life, une expression propre à lui-même. Cette notion considérée comme une philosophie de vie, une expression pour définir le style de vie qu'il a vécu, définit un mode de vie où les gens réussissent en partant de rien en surmontant tous les obstacles pour atteindre leurs objectifs. En d'autres termes, une personne née riche ou issue d'un milieu aisé ne vit pas une "KING LIFE" parce qu'elle n'a pas besoin de partir de rien pour arriver au sommet.




Matthew Austins



Des semaines sont passées depuis que Kylan a mit un pied dehors. Son talent et son charisme dans le monde du hip-hop se font remarqué par un manager de Vinewood, du nom de Matthew Austins, qui opère principalement à la notoriété et au développement des futures stars de la ville. Kylan ne le sait pas encore mais il va en devenir une.
Grâce à Matthew, Kylan rencontre de grandes personnalités vinewoodiennes telles que Carlie Simmons, Johnny Ramirezzi, Clarence Johnson, et un bon nombres de patrons de boîtes de nuit comme Le Mirage, L'Alhambra, Le Twenty-One, Le Propaganda et Le Looxor.
Il écumera chacun des night clubs de la ville pour participer à des concours et des concerts. Des interviews se succèdent pour savoir qui se cache sous cette capuche noire, qui est le diamant brute qu'est en train de tailler Matthew Austins? Qui est ce Krazy King que le peuple acclame?




Helena Sleeman



Matthew Austins avait une belle épouse. Ses cheveux soyeux et dorés illuminaient sa peau satinée. Un vrai visage d'ange, que l'on aimerait voir avant de mourir juste pour le plaisir des yeux. Helena Sleeman était journaliste au San News et devint plus tard la journaliste attitrée de Krazy King, lui qui n'acceptait de s'affairer des autres gratte-papiers de la tour SN. Il fit rapidement le coup de buzz et sa notoriété grimpa si haut que le doute et la paranoïa lui monta à la tête. Il pensait se faire flinguer au bout d'une rue comme des rappeurs de l'ancien temps ou succomber à ce mode de vie et oublier ses proches. Profiter avant la fin, profiter de l'instant présent, c'est tout ce à quoi l'éducation de Kylan Kayzer était faite. Tout ce qu'il avait retenu, du moins. Il savait que le rap ne lui ferait pas son avenir mais il en profita et sorti quelques musiques, des mixtapes et même un album, ainsi qu'un clip.




Parallèlement, Kylan rassembla ses frères et sœurs et recueillit dans ce cercle de solidarité et de fraternité tous les afro-américains d'Idlewood qui voulaient encore s'en sortir. Autrefois membre d'un gang Bloods, les jeunes subalternes de Kylan n'attendait qu'une seule chose: faire de ce groupuscule une cause Piru et célébrer cette nouvelle nation. Il s'imposa, comme à son habitude, comme le chef. Il possédait cette faculté à discipliner et à endoctriner les membres, tel un général de l'armée. Il jouait de ses mimiques gestuelles et faciales qui lui donnait un charisme de psychopathe imprévisible, et pourtant, il était consciencieusement maître de ce qu'il disait et faisait. Chacun de ses ordres étaient calculés, il savait s'adapter à toutes situations et piocher les faiblesses chez ses frères pour les obliger à les vaincre afin de les rendre meilleur sur le terrain. Les plus faibles à cette tâche étaient écartés ou tués par les ennemis du quartier. Ils n'étaient pas assez malins pour survivre, disait Kylan. Au fil des semaines, la bande de Krazy tria bons et mauvais, imposant sa puissance et sa violence dans le quartier. L'équipe de tête composée par Furious, Diamond, Kow, Kaydee et First étaient entourée par tous les plus vaillants afro-américains d'Idlewood prêt à donner leur vie pour la bande. Kylan avait tout concocté et le repas lui était servit. Une belle garniture de soldats nappée par des capitaines dont les couverts sont détenus par le général. Kylan "Krazy" Kayzer nomma son temple afro-américain Piru Street Family, une ombre grandissante sous le soleil chaud de la côte Ouest des États-Unis.

Balancé entre sa propre survie grâce au hip-hop et la survie de son quartier, Kylan est face à un dilemme. Les jours passèrent quant à cette réflexion, il avait empoché pas mal d'argent jusqu'à ne plus savoir quoi en faire et sa mère vivait encore dans cette maison blanche sordide et lugubre depuis leur arrivée à Los Santos. Lors d'un concert de quartier, Kylan se fait tirer dessus par des hispaniques en fourgonnette. La chance lui sourit, il s'en sort indemne. Le choix fut instantané mais intelligent. Il dépensa les trois-quarts de son butin qu'il avait obtenu dans le rap afin d'envoyer sa mère vivre sur Vinewood dans un appartement confortable. Il dépensa le reste de l'argent dans la maison initiale de sa mère et s'en accapara à son nom. Le reste de sa fortune fut dilapidé dans une belle Buick Regal Grand National GNX noire.
A présent, le choix était fait. Après tout, chaque homme n'a qu'une destinée. Blood in, Blood out.






Dernière édition par Krazy le Jeu 24 Sep 2015 - 23:25, édité 6 fois

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Mer 10 Oct 2012 - 3:14

Message

Reserved.


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Mer 10 Oct 2012 - 3:14

Message

Reserved.


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Furious le Mer 10 Oct 2012 - 18:16

Message

Sa t'as prit 10 mois pour ecrire ça ? Ouais.


FREE FURIOUS

avatar

Furious
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Mer 10 Oct 2012 - 18:26

Message

Va commenter sur CMLV trou d'uc!
10 mois que je l'ai crée mais j'ai avancé très lentement.

(Diamond le sait que je l'ai crée en Janvier).


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Ricko. le Ven 21 Déc 2012 - 19:23

Message

Izi'

avatar

Ricko.
New Player


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Sam 5 Jan 2013 - 1:55

Message

grosse maj sur tout le background, des ajouts, des modifs, etc...
je viens de le reposter également sur le forum CMLV:
http://forum.cmlv-rp.com/t209255-kylan-kayzer-american-gangster


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par LB le Mer 14 Aoû 2013 - 6:53

Message

Je viens de le lire vraiment. (et oui mes com's c'était du fake)
Je vais pas dire de commentaire banal qui serviront à rien genre c'est bien écrit, cool, j'aime, trop lourd krazy..

Je vais faire une remarque constructive:

Je trouve que c'est bien écrit, c'est cool et j'aime, c'est trop lourd Krazy.

avatar

LB
Top Dawg


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Wild Mafia le Mer 14 Aoû 2013 - 17:17

Message

Magnifique.

avatar

Wild Mafia
Top Dawg


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Mer 14 Aoû 2013 - 20:15

Message

Cliquez sur ma signature CMLV, vous atterrirez sur le même background, beaucoup mieux avancé.


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Mar 4 Mar 2014 - 3:04

Message

MAJ, fin du chapitre III : King Street.

Laissez un commentaire de préférence sur le topic de CMLV:
http://forum.cmlv-rp.com/t209255-kylan-kayzer-american-gangster-maj-04-03-fin-du-chapitre-iii-king-street


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kylan Kayzer - American Gangster. Message par Krazy le Sam 20 Déc 2014 - 17:23

Message

J'ai oublié de préciser ici que j'ai fais une maj, le chapitre IV est en ligne.

Laissez un commentaire ici de préférence:
http://forum.cmlv-rp.com/t209255-kylan-kayzer-american-gangster


STORY - YOUTUBE - STEAM

avatar

Krazy
Supreme Leader


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum